La surprenante perte de luminosité de Bételgeuse

Portrait en quelques chiffres. Bételgeuse est la huitième étoile la plus brillante de notre ciel, la deuxième plus brillante dans la constellation d’Orion après Rigel. Cette luminosité s’explique par sa très grande taille : son rayon dépasse les 617 millions de kilomètres, c’est 887 fois plus que celui du Soleil ! Enfin, Bételgeuse est située à 700AL de la Terre et à une telle distance, sa lumière met 700 ans à nous parvenir.

Une explosion de supernova?

Depuis quelques temps, Bételgeuse a un comportement étrange. En octobre dernier, la supergéante rouge a commencé à perdre en luminosité pour dégringoler au classement des étoiles les plus brillantes et pointer à la 21ème place. Assez logiquement, la première réaction a été de croire que l’étoile était en train de s’éteindre, ou plutôt d’exploser. En effet, Bételgeuse est à un stade de vie avancé : la supergéante. La prochaine étape, qui ne devrait tout de même pas avoir lieu avant 100 000 ans, verra l’étoile géante exploser en supernova. Mais d’après la communauté scientifique, il est trop tôt pour imaginer l’explosion finale de l’étoile.

Nuage de poussière ou tâches solaires ?

Les scientifiques ont alors commencé à avancer d’autres hypothèses. La perte de luminosité observée sur Bételgeuse pourrait s’expliquer par le passage d’un nuage de poussière massif dans l’axe Bételgeuse-Terre. Celui-ci aurait pour conséquence d’assombrir l’astre pour les astronomes l’observant depuis la Terre. Un peu comme lorsqu’un nuage passe devant le Soleil.

Comment des nuages peuvent-ils se trouver aux alentours d’une étoile ? Bételgeuse est si grande que la couche externe de l’étoile est très éloignée du noyau, véritable coeur du réacteur et responsable de la fusion atomique. Cela a pour conséquence la production d’une grande quantité de poussières. Si les métaux les plus lourds ont pu se regrouper pour créer des planètes rocheuses, les autres gaz et poussières continuent à flotter autour de l’étoile. Selon les équipes de l’ESO et les dernières données du VLT, ce nuage pourrait avoir la taille de notre système solaire.

Autre hypothèse : Bételgeuse connaitrait un équivalent des tâches solaires. Ces changements dans l’activité magnétique de l’étoile créent des zones plus sombres, presque noires. L’étoile qui montre déjà un regain de luminosité, présente un profil changeant qui devrait continuer à intriguer une communauté scientifique à la recherche de réponses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *