Falcon Heavy : un lancement en trois questions

Hier soir, SpaceX, la célèbre entreprise du milliardaire Elon Musk, a procédé au tout premier tir de son lanceur lourd Falcon Heavy. Cette fusée de 70m de haut est aujourd’hui la plus puissante du monde. L’inventeur excentrique s’est même offert le luxe d’envoyer une voiture de luxe de sa propre marque Tesla dans l’espace. Le but ? Montrer qu’avec lui, tout est possible…    

Le moins que l’on puisse dire c’est que le spectacle a été au rendez-vous hier soir. Pourtant, c’était plutôt mal parti. Planifié à 19h30 heure française, le lancement a été retardé de plus de 2 heures à cause d’une météo capricieuse. Avant le tir, même Elon Musk n’y croyait pas vraiment : « les chances de réussite sont faibles mais cela vaut le coup d’essayer ».

Pour faire simple, une Falcon Heavy c’est un assemblage de trois Falcon 9, le lanceur phare de la société américaine. Chacune de ces Falcon 9 est composée de trois étages. Ce tir était donc le premier pour la Falcon Heavy, une sorte de crash test avant sa commercialisation.

Initié il y a quelques années déjà, l’atterrissage des lanceurs n’est plus un exploit pour SpaceX. Mais il faut bien avouer que voir ces deux étages latéraux se poser au sol de manière synchronisée est à couper le souffle. Le troisième étage devait se poser sur une barge dans l’Atlantique mais il a raté son objectif et a heurté la surface de l’eau à pleine vitesse. « L’étage central a raté son appontage. Trois moteurs sur neuf devaient se rallumer pour le poser sur la plate-forme flottante, mais un seul a fonctionné » explique Elon Musk.

La Falcon Heavy sur son pas de tir à 4m du décollage © SpaceX

La Falcon Heavy sur son pas de tir à 4min du décollage © SpaceX

La joie des équipes SpaceX © SpaceX

La joie des équipes SpaceX © SpaceX

Pourquoi avoir envoyé une voiture dans l’espace ?

Décrié par une partie des observateurs, ce lancement a été perçu comme un acte de vandalisme écologique. Au lieu d’un satellite ou d’une sonde, la première Falcon Heavy à franchir l’atmosphère abritait une Tesla Roadster rouge. Au volant, un mannequin équipé de la toute nouvelle combinaison d’astronaute imaginée par SpaceX et la musique de David Bowie « Space Oddity » en fond sonore. Enfin, du moins sur la vidéo du lancement, car le son ne peut se propager dans l’espace. C’est une onde mécanique qui a besoin de matière pour se déplacer.

Soyons clairs, le décollage d’hier soir est avant tout une démonstration de force. Elon Musk, qui est aussi le cocréateur de la monnaie virtuelle PayPal et le patron de la marque de voitures électriques Tesla, a donc envoyé l’une de ses propres voitures dans l’espace. L’idée est complètement folle mais elle lui offre un énorme coup publicitaire.

Et ce petit jeu fonctionne : les clichés de la voiture flottant autour de notre planète semblent absolument irréels et vont faire le tour du monde.

Une Tesla rouge dans l'espace, tout simplement © SpaceX

Une Tesla rouge dans l’espace, tout simplement © SpaceX

La Falcon Heavy est-elle la plus grosse fusée jamais construite ?

Et non, le plus gros lanceur jamais construit reste la Saturn V qui permit aux astronautes des missions Apollo de rejoindre la Lune. La Falcon Heavy en a tout de même sous le capot. Ses 27 moteurs Merlin lui offrent une poussée maximale de près de 2500 tonnes ! Vous ne voyez pas à quoi ça correspond ? C’est à peu près la même puissance que 18 Boeing 747, le plus gros avion du monde…

A terme, la Falcon Heavy sera capable d’emmener 63,8t en orbite basse (< à 2000 km d’altitude) ou 26,7t en orbite de transfert géostationnaire (apogée à 35 786 km d’altitude). Mais le plus intéressant, c’est qu’elle pourrait emmener jusqu’à 16,8t sur Mars ou 3,5t vers Pluton.

A quoi va servir la Falcon Heavy ?

Et bien au-delà de l’exploit technique, la Falcon Heavy ne devrait pas servir à grand-chose. Le carnet de commandes pour ce lanceur lourd est aujourd’hui extrêmement limité et se résume à quelques vols commerciaux. L’essentiel des satellites envoyés par SpaceX sont placés en orbite par des Falcon 9, dont le tir revient nettement moins cher.

Par ailleurs, Elon Musk qui n’a jamais caché ses ambitions de colonisation de Mars, a prévu de construire un autre lanceur baptisé Big Falcon Rocket pour tenter de coloniser la planète rouge. Il pourrait néanmoins utiliser la Heavy pour aider la NASA à acheminer du matériel, sur la lune par exemple. Enfin, l’utilisation la plus probable de la Falcon Heavy devrait trouver une application militaire. Les États-Unis ont besoin de placer des satellites relativement lourds sur une orbite éloignée, et c’est justement là que la Heavy est efficace.

Une mission quasi parfaite donc qui permet à Elon Musk de frapper fort et de continuer à installer sa notoriété dans le secteur spatial, à grand coups de communication. A l’heure actuelle, la voiture poursuit sa route vers Mars et la ceinture d’astéroïdes, qu’elle n’atteindra finalement pas. Un passionné s’est amusé à calculer la position du véhicule en temps réel (whereisroadster.com). En orbite autour du soleil, la voiture repassera à proximité de la Terre, dans un peu plus d’un an.

 

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le 😉

    1 Commentaire

    1. PICARD Anthony

      Plutôt enthousiasmant tout ceci. SpaceX prend de plus en plus d’ampleur dans ce secteur et la NASA peine à trouver des fonds… Elon Musk a su frapper fort avec sa Tesla, même si cela n’a pas plu à tout le monde !

      J’ai hâte de connaître la suite !

      Répondre

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *