Une erreur humaine à l’origine du raté d’Ariane 5 ?

Lancement VA241 d'Ariane 5 © CNES

Le dernier vol d’Ariane 5 s’est soldé par un demi-échec. Les deux satellites ont été placé sur une mauvaise orbite suite à une perte de contact télémétrique. Le groupe français a fait appel à un groupe de spécialistes pour trouver l’origine exacte de ce raté et tirer les conséquences pour les prochaines missions. Une erreur humaine n’est aujourd’hui pas écartée.

C’était devenu une routine pour les équipes d’Arianespace. Nous sommes le 25 janvier, il est 19h20 au centre spatial de Kourou et le décollage de la fusée Ariane 5 se déroule comme d’habitude. A son bord, deux satellites, SES-14 de SES Satellites et Al Yah 3 de Yahsat, doivent rejoindre leur orbite géostationnaire.

Les EAP (Etages d’Accélération à Poudre) et le moteur Vulcain s’allument correctement, la fusée commence son ascension verticale et largue comme prévu ses deux EAP avant de se séparer de sa coiffe.

A 8mn55, l’étape principal se détache et l’étage supérieur s’allume pour prendre le relai de l’ascension. Tout laisse alors penser que le vol VA241 d’Ariane se dirige tout droit vers un 83ème succès d’affilé.

Mais 9mn et 26 secondes après le lancement, silence radio. Les stations de télémesure sol perdent le contact avec le lanceur Ariane 5. A tour de rôle, chacune des stations au sol qui suivent la trajectoire de la fusée ne détectent rien. Celle basée à Natal au Brésil est la première à noter une anomalie. Puis c’est au tour des stations basées à Ascension (une île de l’Atlantique Sud), à Libreville (Gabon) et à Malindi (Kenya). Le contact avec les satellites est rétabli à la 37ème minute de la mission.

Selon SES et Yahsat, les deux satellites sont en bon état. Grâce à un système de propulsion électrique situé à leur bord, les engins vont pouvoir corriger le tir et ils devraient rejoindre leur orbite de destination d’ici quelques semaines.

ArianeGroup fait appel à une commission d’enquête

Les premières investigations indiquent que le lanceur a subi une déviation de trajectoire. Dès le lendemain de l’incident, ArianeGroup a décidé de faire appel à une commission d’enquête pour lever tous les mystères autour de cet échec. Cette commission sera soutenue par les agences spatiales européenne (ESA) et américaine (NASA).

« Leurs conclusions formelles seront publiées dès que possible mais nos premières investigations n’excluent pas l’erreur humaine » a écrit Alain Charmeau, Président d’ArianeGroup. Certaines sources ont émis l’hypothèse d’une erreur de programmation de la trajectoire, la fusée aurait décollé avec un angle de 20° plus au sud. Le verdict est attendu à la fin de mois.

Même si la situation est rattrapable et que les deux satellites vont finalement rejoindre leur orbite nominale, cet échec est un coup dur pour le groupe européen qui ne cesse de prôner la fiabilité de ses vols pour contrer le succès impétueux de SpaceX. La société d’Elon Musk propose aujourd’hui une offre très agressive, avec des vols deux fois moins chers que ceux proposés par ArianeGroup.

Suivi d'Ariane dans la salle de contrôle Jupiter à Kourou © Arianespace

Suivi d’Ariane dans la salle de contrôle Jupiter à Kourou © Arianespace

Cet article vous a plu ? Partagez-le 😉

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *