Une supernova explose cinq fois et questionne les astronomes

astronova-supernova-iPTF14hls

Découverte en 2014, cette supernova qui répond au doux nom de iPTF14hls, n’avait jusque-là pas plus intéressé les scientifiques qui la considéraient comme une supernova classique. Mais au lieu de s’évaporer dans l’espace, l’astre n’en finit plus d’exploser…

Qu’est-ce qu’une supernova ?

A la fin de leur vie, les étoiles ont généralement deux choix. Une fois qu’elles ont consommé la totalité de leur hydrogène, les étoiles les plus petites vont grossir pour se transformer en géante rouge. Elles se contracteront ensuite et devenir une naine blanche. C’est ce qu’il va se passer pour notre Soleil par exemple.

Les étoiles les plus grosses deviennent quant-à-elles des supergéantes rouges qui explosent ensuite en supernova, l’une des phénomènes les plus violents du cosmos. Lors de cette étape, les étoiles en fin de vie peuvent devenir aussi brillante que 100 millions de Soleil pendant plusieurs mois. Le reste de cette explosion, aussi appelé rémanent de supernova, devient par la suite une étoile à neutrons ou un trou noir.

Mais au lieu de s’assombrir petit à petit pour disparaitre dans l’obscurité, cet astre a au contraire continué à grossir pour exploser une seconde fois. Sa courbe de luminosité s’est même élevée cinq fois au cours des deux dernières années, ce qui signifie que plusieurs explosions ont eu lieu.

Courbe de luminosité de l'étoile iPTF14hls. Le manque de données au centre est du au passage de l'étoile derrière notre Soleil. Après plusieurs sursauts, la supernova semble prête à disparaître. © Las Cumbres Observatory

Courbe de luminosité de l’étoile iPTF14hls. Le manque de données au centre est du au passage de l’étoile derrière notre Soleil. Après plusieurs sursauts, la supernova semble prête à disparaître. © Las Cumbres Observatory

iPTF14hls, une supernova pas comme les autres

« C’est la supernova la plus étrange que nous ayons détecté. C’est la première fois que nous assistons à plusieurs explosions au même endroit. » précise Iair Arcavi, astronome à l’observatoire Las Cumbres en Californie. Si pour l’heure, aucune théorie n’explique clairement ce phénomène, les premiers modèles laissent à penser que c’est la masse initiale de l’étoile qui serait à l’origine de ces supernovas en cascade. En effet, l’étoile en question avait, avant sa première explosion, une masse d’environ 100 fois celle du Soleil. Ce qui est colossal !

La quantité de matière éjectée lors du premier souffle est telle que l’explosion se fait en plusieurs étapes. Des premiers gaz, peu visibles mais plus légers partent en premier sous forme d’éruptions. Notre Soleil subit lui aussi régulièrement des éruptions qui sont d’ailleurs à l’origine des aurores boréales.

Comme dans toute explosion, ces gaz finissent par ralentir et se stabiliser autour de l’étoile. Mais ils sont ensuite rattrapés par des gaz plus lourds projetés au moment de la supernova. Chacune de ces collisions de matière relancerait une explosion et créerait une décharge d’énergie et de lumière très importante.

Si l’étoile semble avoir survécu à au moins cinq explosions, la courbe de luminosité ci-dessus laisse à penser que la dernière explosion en date lui ait été fatale.

Cet article vous a plu ? Partagez-le 😉

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *