Kepler découvre 219 nouvelles exoplanètes dont 10 potentiellement habitables

Kepler découvre 219 nouvelles exoplanètes © NASA/JPL-Caltech

La NASA a annoncé cet après-midi que son télescope Kepler a fait la découverte de 219 nouvelles exoplanètes. Parmi elles, dix auraient une taille proche de celle de la Terre et se situeraient dans la zone d’habitabilité de leur étoile.

Le célèbre télescope spatial américain continue sa moisson incroyable. Il vient d’ajouter plus de 200 nouveaux mondes à son catalogue déjà bien rempli. A ce jour, Kepler a identifié 4034 exoplanètes potentielles et a validé l’existence de 2335 d’entre elles.

Dix exoplanètes dans la zone d’habitabilité

La zone d’habitabilité correspond à la distance entre une planète et son étoile à laquelle l’eau peut se trouver à l’état liquide sur un corps rocheux. Il ne fait ni trop froid, ce qui la transformerait en glace, ni trop proche, ce qui la changerait en gaz. Ces dix nouvelles exoplanètes potentiellement habitables rejoignent une liste de 30 planètes confirmées comme ayant une taille similaire à la Terre.

« Ce catalogue de données envoyé par Kepler est unique car c’est le seul à contenir une telle proportion de « cousines » de la Terre, des astres dont la taille et l’orbitent ressemblent à celles de notre planète. La compréhension de leur fréquence dans la galaxie va nous aider à configurer les prochaines missions de la NASA pour espérer un jour photographier directement une exoplanète » déclare Mario Perez, scientifique du programme Kepler à la NASA.

Zone d'observation de Kepler © NASA

Zone d’observation de Kepler dans la Constellation du Cygne © NASA

Cette récolte est la plus complète depuis le début de la mission Kepler il y a quatre ans, mais c’est aussi la dernière phase d’observation dans la zone du Cygne. Ce petit coin du ciel était la cible choisie en début de mission pour commencer l’observation. D’une taille d’environ 12 degrés de diamètre, elle correspond à la taille du poing observé le bras tendu. Le télescope va maintenant pouvoir changer de zone d’observation et scruter une autre partie de l’univers.

 

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le 😉

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *