La NASA accélère sa mission vers Psyché, l’astéroïde métallique qui vaut 10 000 quadrillions de dollars

Mission Psyche de la NASA © NASA

Si la NASA a décidé d’explorer 16-Psyché, c’est que ce dernier n’est pas un astéroïde comme les autres. Né en même temps que notre système solaire, il est un témoin du passé qui pourrait nous en apprendre beaucoup sur la formation des planètes. Mais sa composition de métal et de nickel représente aussi une fortune potentielle colossale et pourrait à terme susciter l’intérêt de groupes privés.

16-Psyché est un astéroïde créé au cours des premières heures de notre Système Solaire qui évolue sur une orbite située entre Mars et Jupiter. Il mesure 210km de diamètre et est aujourd’hui l’une des prochaines cibles des programmes d’exploration de la NASA.

Si l’agence spatiale américaine s’intéresse autant à cet astre, c’est notamment parce que c’est la première fois qu’une mission va pouvoir explorer une autre surface que de la glace ou de la roche. En effet, sa composition de ferronickel (matière métallique mélangée à du nickel), semblable à celle du noyau terrestre, intrigue les scientifiques. C’est même à ce jour le seul objet de ce type connu dans notre Système Solaire.

Grâce à cette mission, les scientifiques comptent en apprendre un peu plus sur l’origine même de l’astre. Selon certaines théories, celui-ci aurait pu, à une certaine époque, avoir la taille de mars. Il aurait petit à petit perdu ses couches rocheuses extérieures suite à de nombreuses collisions violentes il y a quelques milliards d’années. Une étude approfondie de l’astre va permettre de déterminer son âge, la composition de sa surface et s’il s’agit ou non du noyau d’une ancienne planète rocheuse.

Psyché pourrait être l'ancien noyau d'une planète © ASU

Psyché pourrait être l’ancien noyau d’une planète © ASU

Un intérêt scientifique, mais pas que

D’après les estimations de Lindy Elkins-Tanton, chercheuse à la NASA, l’astéroïde pourrait représenter dix mille quadrillions de dollars (un quadrillion équivaut à 10^24 !). C’est plus que l’ensemble de la richesse générée actuellement sur Terre.

Nul doute que les sociétés de forage spatial, qui ont vu le jour depuis la loi de légalisation de l’espace de 2015, vont suivre cette mission avec le plus grand intérêt.

Grâce à un nouveau calcul de trajectoire et un nouveau créneau de lancement avancé d’un an, la sonde va pouvoir atteindre sa cible quatre années plus tôt que le plan de vol initial, soit en 2026.

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le 😉

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *