Hubble découvre une atmosphère sur deux exoplanètes de la taille de la Terre !

Trappist-1 © NASA

La NASA vient d’annoncer que le satellite d’observation Hubble avait découvert la présence d’une atmosphère sur deux exoplanètes dont la taille est proche de la Terre. Cette nouvelle est une étape importante dans la recherche de la vie en dehors de notre système solaire.

Nous en parlions en mai dernier sur AstroNova, Trappist-1 est un système planétaire qui regroupe de nombreux critères nécessaires à son habitabilité. Les astronomes de la NASA ont recherché pour la première fois la présence d’une atmosphère sur des planètes dont le profil ressemble le plus à la notre : une température ni trop chaude ni trop froide, une taille comparable à celle de la Terre et une structure dite tellurique (rocheuse). C’est justement sur les planètes présentes dans le système Trappist-1 qu’une « exo-atmosphère » a été découverte.

« Ces planètes de la taille de la Terre sont les premiers mondes que les astronomes peuvent étudier en détails avec les télescopes actuels afin de déterminer s’ils sont appropriés ou non à la présence de la vie » a déclaré Julien de Wit du MIT (Massachusetts Institue of Technology).

Pourquoi la découverte d’une atmosphère est-elle aussi importante ?

Pour abriter la vie telle qu’on l’a connait, il est nécessaire que la planète étudiée soit dans la zone d’habitabilité de son étoile. C’est à dire, ni trop loin ni trop proche. Lorsque la planète est suffisamment massive, elle peut retenir une atmosphère qui joue un rôle protecteur contre les astéroïdes et des rayons ultraviolets mortels envoyés par l’étoile.

Mais une atmosphère est aussi et surtout très utile pour maintenir une pression idéale et retenir un air respirable. Notre corps, et celui des espèces animales que nous connaissons, ne peut supporter que dix fois plus ou dix fois moins l’équivalent de la pression atmosphérique. L’atmosphère permet donc de stabiliser cette pression et d’éviter de se retrouver dans une situation de pression nulle (espace) ou cent fois plus importante comme cela est le cas sur certaines planètes massives.

« Le manque d’une enveloppe étouffante composée d’hydrogène et d’hélium augmente considérablement les chances d’habitabilité sur ces planètes » précise Nikole Lewis du STScl de Baltimore.

Cet article vous a plu ? Partagez-le 😉

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *